Connect with us

A LA UNE

Une hausse de 13,4% sur le budget 2021 du ministère de la justice


Les députés ont adopté, mercredi, le budget 2021 du ministère de la Justice arrêté à la somme de 48 milliards 456 millions 706 mille 738 FCFA en crédits de paiement, soit une hausse de 13,4% en valeur relative et 3 millions 189 mille FCFA en valeur absolue.

Les autorisations d’engagement s’élèvent à 59 milliards 155 millions 512 mille 145 FCFA.

Le débat antérieur à l’adoption du budget a démarré peu après 10 heures sous la présidence de Moustapha Niasse.

Le ministre de la Justice Me Malick Sall est venu défendre le budget aux côtés de son homologue en charge des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo.

Pour l’année 2021, le budget de ce département est articulé autour de quatre programmes dont un portant sur la justice judiciaire.

Les députés qui ont pris la parole ont interpellé le ministre sur le caractère ’’discriminant’’ de la délivrance du certificat de nationalité appliqué à l’égard de certains noms sénégalais à ’’consonance étrangère’’, déplorant une démarche ’’aberrante, injuste et humiliante.’’

’’Ou bien on généralise cette demande, ou on le supprime purement et simplement’’, a protesté Abdoulaye Diallo (BBY, majorité).

Le député Mamadou Diop Decroix (Liberté et démocratie) a aussi abondé dans le même sens parlant ’’d’une agression grave contre les droits des citoyens’’.

Interpellés sur les différends avec le personnel de justice dont des greffiers et des magistrats, le ministre a dit préférer ’’s’abstenir d’en parler, dès lors que ces questions sont pendantes devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature’’, s’agissant des magistrats.

Selon Me Malick Sall, ’’quels que soient les reproches que l’on peut faire à la justice du pays, le Sénégal reste une référence en matière judiciaire.’’

Il a à cet effet cité l’élection dernièrement du Sénégal à la présidence du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies, à Genève, avec ’’un score historique’’ de 99,9%.

Le ministre Me Malick Sall a toutefois annoncé, pour les six années, un ambitieux programme de modernisation dans le secteur avec notamment la construction d’infrastructures devant permettre une amélioration des conditions de travail.

Senegal7 avec Aps

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement