Connect with us

A LA UNE

Focus-Les appréhensions des médias : Servir de Com à l’action gouvernementale !


La nouvelle communication gouvernementale pose  la problématique de l’interaction entre  information et communication. L’enjeu est de taille puisque ce sont deux vases communicants mais qui présentent des dissemlances notoires en ce qui concerne leur objet.Le Gouvernement a choisi l’option de communiquer davantage par le biais des médias astreints  à informer le public.Or,dans ce cas d’espèce,les médias font office de service de Com à l’action gouvernementale sans passer à la caisse.Une analyse poussée devrait nous permettre de cerner ces deux notions dans un contexte où les politiques veulent rendre visible leur travail .

Alors que l’information est le contenu du message, la communication est le proccessus qui permet de mettre en forme et de diffuser ce contenu.C’est la raison pour laquelle,tout est communication dans la vie et chaque entité autonome peut se prévaloir d’un service de communication pour  se rendre visible.

C’est dans ce sillage d’ailleurs que  s’inscrit notre piste de réflexion.Il est vrai que c’est du droit du public à l’information que relève la responsabilité du journaliste d’informer juste et vrai.Les médias sénégalais font leur travail dans les conditions requises,au demeurant, quand l’Etat décide de communiquer  par le biais de ces médias, ces derniers ont tendance à recueillir ces informations pour les  diffuser  au profit du public.

Mais il sera également important de se demander à qui profite ces informations qui deviennent de la Com dès lors que les médias s’en servent pour relayer l’information ? De toute évidence, si le rôle de la presse est d’informer,il n’en demeure pas moins vrai qu’elle pourrait aussi servir de service de Com au Gouvernement qui veut échanger sur ses stratégies et orientations politiques.

Et sans passer à la caisse,ces médias adopteraient à tort ou à raison cette double posture de relais.Loin de remettre en cause la nouvelle trouvaille gouvernemantale en matière de Com,mais il urge de réflechir sur sa périodicité trop courte qui risque de présenter la presse sénégalauise  comme un faire-valoir au service exclusif du Gouvernement.

Ce qui  pourrait entacher sa mission originelle qui consiste à informer le public tout en propspectant de son propre chef.A la limite,ces quelques considérations d’ordre contingent fondent les appréhensuions de la presse sénégalaise qui doit informer sans communiquer dans ce cas d’espèce.

Assane SEYE-Senegal7

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement