A LA UNEactualité

LE MAGAL, MOTEUR DU DÉVELOPPEMENT DE TOUBA (MOUBARACK LO)

Une étude, menée sous ma direction, en 2011-2012, à la demande du Comité d’organisation du Magal de Touba, a permis de faire plusieurs constats : Le Magal possède un caractère multidimensionnel.

L’étude a identifié sept dimensions pour le Magal : (i) une dimension spirituelle, une dimension festive et sociale, (iii) une dimension socioculturelle, (iv) une dimension économique, (v) une dimension infrastructurelle, (vi) une dimension éducative, (viii) une dimension internationale et diplomatique.

Les chiffres du magal

Le Magal mobilise, pendant deux jours et demi, plus de 4 millions de personnes. Le comptage des véhicules entrées à Touba lors du Magal (dont le nombre total, y compris les rotations, est estimé à 110.000 véhicules) a permis d’approximer le total de participants au Magal de 2012, à 3 millions 90 mille personnes, y compris les habitants de Touba et Mbacké. Cette enquête renouvelée en 2017 a permis d’estimer le nombre de participants à 4,12 millions de personnes. Ceci donne du sens à la décision du Président Wade, confirmée par le Président Sall, de faire du Magal un jour férié, comme promue par moi-même auprès du Président Wade.

L’âge moyen des participants adolescents et adultes (plus de 15 ans) au Magal se situe autour de 32 ans. Et 84% des pèlerins de 2017 avaient déjà participé plus de trois fois au Magal. Près de deux pèlerins sur trois entrent à Touba par les portes de Mbacké et de Ngabou, et 29% d’entre eux passent par Darou Mouhty. 59% des pèlerins sont des hommes, contre 41% de femmes.

A court terme, le Magal génère une augmentation du volume d’activité de plusieurs secteurs économiques nationaux et un apport de richesses dans le tissu économique local. Les résultats des enquêtes menées à Touba montrent que le Magal entraîne des changements importants dans les dépenses des participants à l’événement. En moyenne, le ménage type qui participe au Magal consomme, pour chacun des trois jours de l’événement, l’équivalent de 45.000 F CFA par jour, soit quinze fois plus que la dépense journalière, en temps normal, d’un ménage moyen sénégalais. L’alimentation constitue un élément essentiel dans le budget des ménages à Touba durant le Magal (plus de deux tiers du budget utilisé par les ménages enquêtés y sont consacrés). L’habitude des achats des ménages durant le Magal est caractérisée par la forte présence de la viande (plus de 47% des dépenses alimentaires) (viande de bœufs, chameaux, moutons, chèvres, poulets). D’autres postes de dépenses liés à l’alimentation sortent par leur importance, comme les jus de fruits, sodas et eaux (près de 13% des dépenses alimentaires), le riz et les autres céréales (un peu plus de 11%, le sucre (5%), les produits d’assaisonnement (4,5%), les huiles végétales (4% environ), les produits laitiers et de pâtisserie (4% environ). Le deuxième poste de dépenses concerne les matériels de services (25% des dépenses des ménages), suivi des transports et équipements (8%).

A long terme, le Magal favorise le développement et la modernisation de la ville de Touba. Dans un souci d’anticiper les besoins futurs des pèlerins dans leur diversité, plusieurs travaux ont été réalisés au cours de ces dernières décennies ou sont en cours de réalisation à Touba : constructions de routes, électrification, construction de la seconde résidence Khadîm Rassoul, rénovation de la Grande Mosquée, réhabilitation des forages, construction de centres de santé, renforcement de la disponibilité en eau, etc,.

Modernisation de Touba

Grâce au Magal, la ville de Touba se modernise donc, ce qui a donné naissance à une nouvelle grande ville qui s’impose de manière inattendue dans le paysage urbain sénégalais et suscite de nouveaux enjeux. Au regard de ces constats, plusieurs recommandations ont pu être formulées, visant à renforcer le rôle moteur du Magal dans le développement de Touba.

Au niveau économique : Développer la production agro-pastorale autour de Touba, y compris à travers la promotion de la petite irrigation, en tenant compte des besoins en viande, en céréales et en fruits et légumes exprimes par les ménages lors du Magal .

2. Promouvoir la création d’industries et de micro-industries autour de Touba, en se fondant sur les besoins des ménages lors du Magal, en mettant en place une Zone économique spéciale autour de Touba.

3. Promouvoir, à travers une campagne de communication, la consommation des produits locaux par les ménages lors du Magal (jus locaux, céréales locales, etc.)

4. Promouvoir le tourisme religieux en tenant compte de la culture locale : promotion de la restauration rapide, des boutiques d’art mouride (Makhtoumé, Baye Lahad, Souhaibou, babouches,…)

5. Créer, sur l’initiative du Khalife général des Mourides, un Holding « Touba Corporation », qui initierait des projets industriels, agricoles et commerciaux et y prendrait des parts.

6. Mettre en place un réseau de Micro-finance islamique inspirée de la doctrine mouride.

7. Mettre en place, toute l’année et durant le Magal, à Touba et partout au Sénégal, un réseau de commerce solidaire bâti sur les valeurs du mouridisme.

8. Mettre en place des instituts de formation professionnelle à Touba. Au niveau de l’aménagement global de Touba.

9. Mettre en place une Délégation spéciale chargée de l’Organisation des Grands événements religieux au Sénégal, du type du Magal. En effet, tandis que la Mecque qui attire pratiquement le même nombre de pèlerins que le Magal a déjà défini sa ligne de sécurité, Touba n’a pas encore toutes les infrastructures pour prendre en charge les évènements religieux.

10. Intégrer dans les schémas directeurs et plans de développement de la ville sainte les nombreuses fonctions de la ville : religieuse, universitaire, pèlerinage.

11. Mettre en place une Agence nationale chargée de l’aménagement et de gestion de Touba métropolitaine

12. Régler, définitivement et de manière efficace, les questions liées à l’alimentation en eau et l’assainissement de la ville de Touba. Concernant l’eau, des équipements d’osmose inverse d’une capacité de 50.000 litres par heure permettraient de fournir une eau salée à toute la population de Touba. A moyen terme, une solution de transfert d’eau pourra être établie.

13. Renforcer l’éclairage public de Touba

14. Mettre en place, progressivement, des Autoroutes à quatre voies : Thiès-Touba (déjà réalisée), Kaolack-Touba et Kébémer –Touba ; Au niveau de l’organisation pratique du Magal

15. Mieux faciliter le séjour des pèlerins à travers un meilleur accueil et une bonne organisation

16. Assurer une meilleure organisation de la circulation et de la sécurité dans Touba, durant le Magal, pour mieux lutter contre les vols et la congestion des routes

17. Maitriser l’inflation dans le secteur du transport, à travers une meilleure régulation du secteur

18. Renforcer et moderniser les capacités du transport ferroviaire vers Touba lors du Magal (augmentation des wagons et des rotations)

19. Renforcer la couverture médicale de qualité et mieux sensibiliser les participants au Magal sur l’hygiène

20. Multiplier les toilettes publiques dans toute la Ville de Touba, durant le Magal

21. Assurer une meilleure organisation du commerce (cantines, vendeurs à la sauvette) lors du Magal

22. Veiller à un bon aménagement des Foirails de Touba, en les dotant de toutes les commodités (eau potable, toilettes, éclairage, arrosage pour éviter la poussière, poste de sécurité fixe, ;etc.)

23. Instaurer un endroit commun où les « kurels » des différents Dahiras peuvent faire des prestations

24. Veiller à la propreté de la ville après le Magal.

25. Au niveau éducatif, mettre en place des instituts et écoles de formation professionnelles et techniques, y compris pour les sortants des daaras. Au niveau culturel

26. Mieux mettre en valeur, dans les medias (notamment les télévisions), le rôle du Magal comme vitrine pour promouvoir les bons comportements, l’entraide et le culte du travail chez les populations

27. En dehors du Magal, organiser des expositions itinérantes, au Sénégal et à l’étranger, sur l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba et de ses descendants, et créer un film DVD, sur la base de l’exposition culturelle faite lors du Magal.

Laisser un commentaire