« 07 mars 2017: Souvenir d’une longue et triste nuit ». Par Basirou Samb

bassirou samb et khalifa sall

« Cette nuit était trop longue pour moi. Je me trouvais dans une des cellules de Reubeusse ou j’avais trop mal de ne pouvoir rien faire, ni influencé par rapport à la situation qui se déroulait. Je suis resté des heures durant devant le portail, du haut de la chambre 47 de la maison d’arrêt, écouteurs scotchés aux oreilles pour suivre le direct du palais de justice à partir de la radio.

À chaque instant, je me disais que quelque chose pouvait changer la donne jusqu’au moment où le journaliste m’annonça que la fourgonnette de l’administration pénitentiaire venait de franchir la porte de la prison de Reubeusse avec un hôte pas comme les autres, à le Maire de Dakar, mon leader Khalifa Ababacar Sall. C’est en ce moment que j’ai senti des goûtes de larmes sortir de mes yeux.

Spontanément, un groupe se formait au tour de moi, mes frères codétenus de la cellule 47 me consolaient et essayaient de me remonter le moral. Chacun y allait avec sa manière. J’ai senti une chaîne de solidarité tout au long de cette longue nuit. L’imam de la chambre quand à lui n’arrêtait pas de me rappeler les recommandations divines face à pareille épreuve. Cependant, je ne pouvais imaginer une seule seconde que l’homme Khalifa pouvait passer la nuit dans les mêmes 100m carré que moi aussi injustement.

Je suis resté toute la nuit à méditer sur cette injustice au point de penser que la terre tremblait.. C’est la ou, j’ai compris la solitude et l’incompétence d’un prisonnier sur les mouvements de la vie. »

Quelle triste nuit!!!

BASSIROU Samb

LePionniers

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here